Remise CORUM Replica Watches Acheter en ligne

Corum Bubble by Elisabetta Fantone


Corum Bubble by Elisabetta Fantone

Elisabetta Fantone est une artiste canadienne (comme son nom ne l’indique d’ailleurs pas) aux multiples facettes. Elle créé des œuvres d’art en éditions limitées (peintures et audiovisuel) dotées d’un design à la beauté unique. « D’ailleurs, des célébrités telles que Mohamed Ali, Céline Dion ont encore les Kardashian ont déjà passé commande auprès d’elle » indique Corum dans son communiqué.
 
L’horloger, qui depuis quelques temps revient sur sa tradition d’horloger atypique et provocateur, a donné carte blanche à l’artiste pour qu’elle créé cette nouvelle édition de Bubble. Elisabetta s’est inspirée de la peinture de de Vinci, la fameuse Joconde. Dans cette version « sexy », la jeune dame semble narguer le porteur de la montre avec son immortel sourire et son sein ici dénudé. Derrière elle, un fond tapissé d’un collage exubérant.
 
L’imposant boîtier en acier (47 mm / étanche 100 mètres) est disponible en deux versions : argenté ou violet (intéressant). Il abrite un calibre mécanique automatique. L’heure et les minutes s’affichent quant à elles par le biais des fameuses aiguilles toutes en rondeurs de la Bubble, ici en version squelette afin d’offrir une vue plus grande encore sur le cadran.   


Corum Bubble by Elisabetta Fantone : 60 secondes sur la Joconde

Rappelons que la Bubble fait partie des montres recherchées sur le marché de l’occasion (et qui « tiennent la côte » comme on dit dans ce milieu). Design original et symbole d’une époque. Ce garde-temps a clairement révolutionné l’industrie horlogère… Non pas par ses complications, mais par son look totalement décalé dans le monde du luxe.
 
De nos jours, c’est monnaie courante, mais à l’époque, c’était une petite révolution. En effet, personne n’avait encore jamais osé proposer des montres funs (à part Gérald Genta) dans l’univers feutré et sérieux de l’horlogerie haut de gamme.
 
La Bubble apparait pour la première fois en 2000 ; elle s’inspirait alors… de la fameuse Rolex Deep Sea Special présentée dans les années soixante avec son énorme verre qui lui permettait de descendre à des profondeurs abyssales.

Au début du siècle, la Bubble était une montre surdimensionnée munie d’un verre saphir élargi. Un design radical à l’époque -avec tête de mort sur le cadran et sabres en guise d’aiguilles pour certains modèles- qui devint aussitôt un must du troisième millénaire. Seize ans plus tard, la Bubble a effectué son grand retour, s’imposant enfin comme un véritable pilier de l’héritage horloger Corum. 


Corum Bubble by Elisabetta Fantone : 60 secondes sur la Joconde
Puisque nous avons une vraie cymbale au poignet aujourd’hui, et que nous venons d’avoir une belle mise en bouche de la part de notre ami Tim Campanella (découvrez son premier album ici), je vous propose de re-écouter du vrai Jazz. Un enregistrement dont je ne me lasserai personnellement sans doute jamais.Je fredonnais déjà ces mélodies et ces solos sur les genoux de mon père il y a 30 ans… Le temps passe, mais le plaisir reste intact tant les 14 minutes de cette prise de Moanin’ enregistrées à Bruxelles en novembre 1958 sont un pur condensé d’élégance, de talent et de partage.Je vous propose de découvrir ou de redécouvrir le batteur Art Blackey accompagné de ses Jazz Messengers Lee Morgan (trompette, solo d’anthologie à 1:02), Benny Golson (saxophone ténor), Bobby Timmons (piano, autre solo d’anthologie qui débute à 5:41) ainsi que Jymie Meritt à la contrebasse.On oublie tout le reste et on ouvre bien grand ses yeux, ses oreilles et ses sept chakras…Un grand merci à La Baguetterie, haut lieu de la percussion à Paris et à Thierry Lalite de nous avoir permis de nous amuser avec quelques cymbales Paiste et de remettre cette Corum Bubble dans son contexte !

Laisser un commentaire